/ Non classé / Homélie de Mgr Christophe DUFOUR Ouverture de l’Année sainte de la Miséricorde

Homélie de Mgr Christophe DUFOUR Ouverture de l’Année sainte de la Miséricorde

Mardi 8 décembre 2015, en la fête de l’Immaculée Conception

 cathédrale Saint Sauveur à Aix-en-Provence

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Luc 6, 36). Cette parole de Jésus dans l’évangile de Luc a été choisie par le pape François comme devise de l’Année sainte que nous ouvrons ce soir. Miséricorde, c’est le nom de Dieu. Le nom de Dieu tel qu’il se révèle à nous dans toute la Bible. C’est le nom de Dieu tel qu’il se révèle à nous en Jésus-Christ.

2015-12-08-Porte-sainte-Aix-3-150x150

Nous ouvrons ce soir la Porte sainte de la Miséricorde, à la suite du pape François qui l’a ouverte ce matin à Saint Pierre de Rome. C’est le moment, écrivait le pape François, « un temps favorable pour l’Eglise, afin que le témoignage rendu par les croyants soit plus fort » (Pape François, bulle § 3). Avec le Saint Père, nous ouvrons ce soir l’Année sainte de la Miséricorde. Oui, ce mot « miséricorde » sera toute l’année dans nos oreilles et sur nos lèvres. Nous voulons ouvrir la porte pour que la miséricorde nous soit offerte, pour la recevoir, l’accueillir et l’offrir.
Mais qu’est-ce donc que la Miséricorde ?
La Miséricorde est le trop plein du cœur de Dieu, elle est son cœur débordant d’amour. Pauvre humanité ! se dit Dieu lorsqu’il voit tout le mal qu’elle subit, les catastrophes, les guerres, les conflits, la violence, la misère, tout le mal qu’elle se fait à elle-même, son péché. « J’ai vu la misère de mon peuple, dit Dieu à Moïse au commencement de la Bible. J’ai entendu ses cris. Oui je connais ses souffrances » (Ex 3, 7). Alors Dieu se fait proche, jusqu’à venir vivre la condition humaine en Jésus. En Jésus, Dieu pleure, Dieu souffre, Dieu a pitié de ceux qui sont possédés par les démons, Dieu est rempli de compassion pour ceux qui ont faim et soif, de pain et d’amour. Il est né de Marie, dit le Credo, il a souffert, il est mort. Pour révéler son éternel amour, vaincre le mal, guérir et réconcilier l’humanité.
Je vous invite à lire la bulle d’indiction du pape François et de souligner tout ce qu’il dit de la Miséricorde. Vous en aurez une belle anthologie de la Miséricorde. En voici quelques perles.
« La Miséricorde, c’est l’acte ultime et suprême par lequel Dieu vient à notre rencontre. La Miséricorde…, c’est le chemin qui unit Dieu et l’homme » (Pape François, bulle § 2).
« La Miséricorde sera toujours plus grande que le péché, et nul ne peut imposer une limite à l’amour de Dieu qui pardonne » (op.cit. § 3).
« La Miséricorde de Dieu n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète à travers laquelle Il révèle son amour comme celui d’un père et d’une mère qui se laissent émouvoir au plus profond d’eux-mêmes par leur fils… Un amour viscéral. Il vient du cœur comme un sentiment profond, naturel, fait de tendresse et de compassion, d’indulgence et de pardon » (op.cit. § 6).
Le pape François, prophète de la Miséricorde, comme le fut jadis le curé d’Ars. Voici comment prêchait le saint curé : « Ce n’est pas le pécheur qui revient à Dieu pour lui demander pardon, c’est Dieu qui court après le pécheur et qui le fait revenir à lui ». « Nos fautes sont comme des grains de sable à côté de la grande montagne des Miséricordes de Dieu ».
La Miséricorde est le cœur de notre foi chrétienne. Dieu est Miséricorde, il est Amour, éternel Amour, il est tendresse, lent à la colère, il pardonne et réconcilie. Ouvrons-lui la porte.
Ouvrons la porte…
Ouvrons à la Miséricorde de Dieu la porte de nos cœurs et de nos âmes. La porte de nos maisons et de nos familles. La porte de nos paroisses, de nos communautés, de notre Église diocésaine.
Pour une Année sainte. Une année de grâce. Une année pour accueillir l’amour, la lumière de l’amour de Dieu. Une année pour faire l’expérience profonde, intime, du pardon de Dieu, de sa joie, de sa paix. Une année pour apprendre à se réconcilier, avec patience et persévérance, pour retisser les liens brisés. Une année pour témoigner au monde que l’Église tout entière est animée par la Miséricorde de Dieu, et par rien d’autre. Une année pour nous entraîner à ce témoignage en accueillant le don de Dieu et en l’offrant autour de nous par les œuvres de Miséricorde. Une année pour faire aimer l’amour.
Accueillir et offrir…
« La Miséricorde n’est pas une idée abstraite, mais une réalité concrète » (Pape François, bulle § 6). Accueillir la Miséricorde doit changer la vie. L’accueillir guérit l’âme, offre la paix profonde et la joie du cœur. L’accueillir donne la force d’aimer et de pardonner. Je vous invite à l’accueillir dans le sacrement de réconciliation au moins une fois par mois, pour entrer dans l’intimité du cœur de Jésus. Accueillir pour offrir. Ne nous payons pas de mots… Offrir la Miséricorde dans des œuvres concrètes, que l’on appelle des œuvres de Miséricorde. Voici quelques pistes.
La B.A. quotidienne, la bonne action que l’on enseigne aux scouts. Se lever le matin en se disant : quelle bonne action je pourrai faire aujourd’hui ?
En famille : décider un geste de charité tourné vers les autres.
En paroisse : chaque paroisse peut choisir une œuvre de miséricorde à vivre plus particulièrement cette année : table ouverte le dimanche ; un pèlerinage avec les personnes malades ou handicapés, un pèlerinage de l’espérance avec les personnes seules ou démunies, éprouvées, en souffrance…

Chers amis, cette année l’ange de Dieu frappe à la porte, comme il a frappé à la porte de Marie à Nazareth. « Et l’ange entra chez elle ». Marie a ouvert sa porte. Elle a dit oui. Oui au Maître de l’impossible. Oui au Dieu de miséricorde. Et elle est devenue la Mère de la divine Miséricorde. Toute l’année, nous chanterons son chant d’amour : « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent… Il se souvient de son amour ». Magnificat !

Joyeuse et sainte année de la Miséricorde.

Les commentaires sont désactivés

Commentaires sont fermés