/ Non classé / Décoration florale

Décoration florale

Nativité * Hugo van der Goes – XVe siècle
A remarquer: les deux vases de fleurs posés au bord du tableau près des anges

Clipart bille-green  Qu’est-ce que l’art floral?

L’art floral est l’art de créer -dans des vases, des bols, des paniers ou tout autre support- des bouquets, des couronnes ou des compositions florales à l’aide de fleurs, de feuilles, de fines herbes, d’herbes décoratives voire de vieux troncs ou de branches sèches.  Les fleurs doivent être sélectionnées de façon à créer une belle harmonie entre elles, doivent être coupées, allégées des parties jugées inutiles et doivent être disposées de façon à ce qu’elles restent fraîches le plus longtemps possible. Les supports et le contexte (cailloux, étendue d’eau, …) de ces compositions doivent aussi être choisi avec perspicacité.

Mais, des fleurs,.. dans une église! N’est-ce pas quelque peu futile pour un lieu de recueillement et de culte? Tout dépend de la manière dont nous savons lire leurs messages, car les fleurs ne décorent pas; elles signifient. L’église est un lieu où tout doit être beau et signifiant.  Le bouquet peut être alors forme et volume, couleur et mouvement, symbole et prière.

Clipart bille-green Ancienneté de l’art floral

¯ L’art floral puise ses racines dans la plupart des grandes civilisations. Et les peintres européens …

¯ Dans les années 1980, les commissions d’Art Sacré soulignaient la pauvreté des décorations florales de nos églises. Malgré la profusion de splendides parures florales aux autels, lors de grandes fêtes, des processions de Fêtes-Dieu avec leurs corbeilles de pétales de roses, des reposoirs croulant sous les fleurs: ce n’est pas ce qui pouvait être nommé « Art Floral ». C’était la marque d’une dévotion populaire qui s’exprimait au travers d’autels encombrés de bouquets, de vases trop et mal remplis, de « fagots » disaient certain(e)s! Dans le même temps, le missel d’avant le Concile ne fait  pas même allusion aux fleurs comme pouvant constituer une décoration de l’autel. Depuis quelques années un changement s’est produit, il est dû à la découverte d’arts floraux inconnus, en particulier de l’art floral japonais très sobre, appelé Ikebana.

¯ La Constitution sur la liturgie de Vatican II ouvre nos églises à une reconnaissance(cf. § 122 p. 200). Jean-Paul II, dans sa Lettre apostolique sur le renouveau liturgique, écrivait 25 ans après le Concile : « le pain et le vin, l’eau et l’huile, mais aussi l’encens, les cendres, le feu et les fleurs », presque tous les éléments de la création ont leur place dans la liturgie comme une offrande « au créateur et contribuent à la dignité et à la beauté de la célébration ».

 Clipart bille-green Fleurir, en liturgie

¯ L’art floral est au service de la liturgie : « L’ornementation de l’église doit viser à une noble simplicité plutôt qu’à un luxe pompeux » (présentation générale du missel romain, numéro 279); il ne peut donc faire l’économie de certains principes:

Ø Un bouquet est un objet. Il va donc s’intégrer à l’édifice et au mobilier (ambon, autel, baptistère, etc.) pour les honorer en les fleurissant.  Cependant, le lieu et le mobilier ne sont là que pour permettre une meilleure célébration.
Et l’art floral va servir aussi à ce qui est le fondement et le contenu de l’action liturgique: la présence du Christ, dans l’assemblée, dans la parole et dans l’eucharistie. Mais un lieu n’est pas isolable, il fait partie d’un espace ; en fleurissant un lieu précis, c’est tout l’espace que l’on fleurit.

Ø L’arrangement floral ne doit ni gêner les célébrants, ni gêner les paroissiens .

Ø Les fleurs abimées ne doivent pas rester en place, mais être éliminées. Les autres doivent pouvoir baigner leurs tiges dans de l’eau fraîche.

¯ Fleurir en liturgie est un service d’église qui permet :

Ø de découvrir, de respecter la nature en se procurant les feuillages utiles et ainsi de rencontrer le Créateur à travers elle,

Ø de méditer et de se laisser saisir par la Parole de Dieu afin de faire jaillir l’arrangement floral qui, à son tour, deviendra messager de la Bonne Nouvelle,

Ø d’expérimenter la recherche en équipe pour exprimer et accompagner la liturgie par l’art floral,

Ø de se mettre au service de la liturgie.

Les fleurs symbolisent le don gratuit que Dieu nous fait de la création, de la vie. Elles parlent d’elles-mêmes et elles aident à contempler Celui que nous honorons et à qui nous rendons grâce dans l’Eucharistie.

Les fleurs sont l’image de notre vie. Elles naissent, grandissent et meurent ; cf. Isaïe 40, 6-8Toute chair est comme l’herbe, et toute sa grâce comme la fleur des champs. L’herbe se dessèche, la fleur se flétrit, quand le souffle de Yahweh passe sur elle. Oui, l’homme est comme l’herbe! L’herbe se dessèche, la fleur se flétrit; mais la parole de Dieu subsiste à jamais!

Quelle leçon donnent ces plantes qui, malgré un sol aride, se dressent vers le ciel, parées de beauté !  Elles nous apprennent à vivre en communion : lorsque vous faite un arrangement floral, vous composez une homélie car il semble nous dire : « Acceptez humblement d’être chacun ce que vous êtes, plus petit ou plus grand que votre voisin: Lui, acceptez-le différent de vous. Il a sa manière d’être, sa couleur ; acceptez ainsi votre entourage : c’est cela qui fait, à l’image d’un bouquet, une communauté »

Fleur St Martin

Si vous êtes intéressé(e)s par cette activité, n’hésitez pas à nous contacter au xxxxxxx, au secrétariat de la paroisse, adresse

Clipart cul de lampe 05

 


bouton  Retour à la page de départ de l’article « Services paroissiaux » Au service de la paroisse

Les commentaires sont désactivés

Commentaires sont fermés